Autonomiser les communautés pour gérer les populations de rongeurs urbains à Niamey

Auteurs: Lucía Moreno Spiegelberg, Karmadine Hima, Ibrahim Danzabarma Abdou-Aziz, Madougou Garba, Luwieke Bosma

Click here for the English version of the blog.

Les maisons de Gamkalleye se regroupent en ensembles, formant des “concessions” morcelées comprenant des familles et des cours. Les concessions sont des refuges contre le soleil et la poussière. Les familles se réunissent dans leur cour commune, où elles cuisinent et nettoient en compagnie du bétail. Elles ignorent notre course invisible entre les buissons et sous les pattes des chèvres. Nous aimons creuser dans les murs et mâcher le rotin et les tapis. Un jour, une tempête viendra et l’eau s’écoulera à flots dans les rues sans égouts, et entrera dans notre nid en ramollissant les murs de cette maison. Ce jour-là, nous courrons au-delà de la concession en traversant les rues, et nous trouverons un nouveau mur à creuser ou un nouvel amas à habiter. Mais aujourd’hui, le soleil brille haut et il en sera de même demain. Alors nous mangeons la nourriture que nous trouvons, nous volons le riz que nous pouvons, et nous creusons, nous nous multiplions et nous continuons de creuser.

La rapide urbanisation en Afrique subsaharienne a créé des zones densément peuplées, dépourvues d’infrastructures et d’assainissement adéquats (1). Les villes ont continué à croître, et la population s’est organisée dans des bidonvilles et de vastes établissements informels pour compenser le faible investissement public. Niamey a également connu une croissance, s’étendant à travers les plateaux latéritiques et les dunes mouvantes, engloutissant les villages environnants sur son passage (2). Et Gamkalleye, qui était si rurale et si petite, s’est soudainement retrouvée plongée dans les schémas imprévisibles d’une ville qui a grandi spontanément.

Image 1. Rues de Gamkalleye photographiées par l’équipe de SCARIA.

La croissance de Niamey a attiré les rats noirs, venus de partout et qui ont finalement osé traverser le désert transportés par le flux incessant de camions arrivant en ville (3). Ces rats sont originaires du sud de l’Asie; cependant, leur résistance et leur voracité en suivant les commerçants et les voyageurs leur ont permis de trouver un foyer dans chaque port et sur chaque continent, sauf en Antarctique (4).

À l’intérieur de la ville de Niamey, les rats noirs se sont rapidement adaptés au climat sec et aux habitudes de ses habitants, et ont commencé à dépasser en nombre les populations de rongeurs indigènes. Parmi les rongeurs indigènes, le rat africain commun est le plus répandu dans les zones urbaines de Niamey (2). Cette espèce de rongeur a fait du désert son foyer depuis longtemps, également en étroite relation avec les personnes, et a réussi d’une manière ou d’une autre à faire ce que beaucoup d’autres rongeurs dans de nombreuses autres villes n’ont pas pu faire : ils ont résisté à la vague de la population de rats noirs et ont même surpassé celle-ci, ne serait-ce que à Gamkalleye. Ce phénomène a été observé par les scientifiques du projet SCARIA, qui visaient à accroître la connaissance de la population de rongeurs urbains pour trouver des moyens écologiques de les gérer au niveau communautaire. Les raisons derrière la composition inhabituelle de la population de rongeurs à Gamkalleye restent inconnues; cependant, la croissance du nombre de rats africains communs, même s’ils sont indigènes, est également nuisible pour les résidents.

Image 2. Rat africain commun (à droite) et rat noir (à gauche)

Les rongeurs creusent dans les murs des maisons, mordent les vêtements et les meubles, mangent des sacs de riz et de maïs, et volent même de l’argent pour le cacher. Par conséquent, de nombreux voisins essaient de contrôler les rongeurs individuellement en utilisant des rodenticides chimiques et des pièges. Cependant, cela ne fonctionne que jusqu’à un certain point, car les rongeurs ont de nombreusescachettes dans les maisons et les décharges voisines et peuvent revenir à tout moment lorsque la menace diminue. Dans un contexte urbain, les rats ont de nombreux endroits où aller dans un périmètre relativement petit; cela souligne la nécessité d’une approche communautaire. L’un des objectifs de SCARIA est d’engager des conversations avec la communauté sur les rongeurs dans leur quartier et leurs perceptions à ce sujet, d’établir des relations de confiance et de développer des idées pour la gestion des rongeurs au niveau communautaire dans un contexte urbain.

Image 3. Nourriture stockée accessible aux rongeur

À Gamkalleye, les habitants se sont organisés et ont élu un comité composé de quatre femmes et quatre hommes de confiance. Ce comité a guidé un groupe de scientifiques à travers Gamkalleye, en laissant des pièges dans les maisons et les cours qu’ils ont visités. Les scientifiques ont collecté plus d’une centaine de rongeurs et les ont analysés, essayant de comprendre leurs mouvements et dynamiques. De plus, les rongeurs ont été envoyés à un laboratoire et sont en cours d’analyse pour diverses maladies humaines. Jusqu’à présent, tous sont négatifs pour la leptospirose et le hantavirus

La population de Gamkalleye ignorait la capacité des rongeurs à transmettre des maladies aux humains. Probablement parce que les mécanismes de transmission sont parfois indirects et compliqués, et seules certaines espèces de rats transmettraient certaines maladies.  La consommation de rongeurs peut entraîner des maladies ; les rats malades peuvent également uriner et déféquer parmi les aliments stockés, dans les cuisines, propageant des pathogènes même dans l’air (5). Même les personnes qui parviennent à maintenir leurs aliments hors de portée des rongeurs pourraient aussi tomber malades, car certaines maladies peuvent passer des rats aux plantes et aux insectes. Ces plantes pourraient être consommées comme partie d’un plat, ou les petits insectes pourraient se cacher dans les plis des légumes et être consommés accidentellement (6).

“Certaines maladies peuvent également être transmises en respirant de la poussière contaminée par des rats ou en buvant de l’eau contaminée (7,8). Par conséquent, le problème avec les rongeurs doit être abordé à la source. Isoler les aliments des rongeurs est important, mais il faut aller plus loin ; les interactions entre les rongeurs et les humains doivent être réduites au maximum. Pour cela, il est nécessaire de connaître la distribution exacte des rongeurs et des éléments du paysage qui favorisent leur présence. Le comité a sélectionné cinq femmes et cinq hommes jeunes du quartier pour cartographier la zone. Tout d’abord, ce groupe de jeunes a été formé aux outils de cartographie participative (Open Street Map et ODK). Ensuite, ils ont passé trois jours à recueillir des données sur le quartier.

Image 4. Gamkalleye dans Open Street Map

Complémentairement, le comité a organisé des assemblées de sensibilisation au cours desquelles les scientifiques et la population de Gamkalleye ont discuté de la prolifération des rongeurs, de l’assainissement, de l’hygiène et de la manière de limiter la propagation des rongeurs. Au cours de ces discussions, le comité a facilité la communication entre les scientifiques et les voisins, ce qui a abouti à une compréhension mutuelle solide qui s’est transformée en enthousiasme au fil des sessions.

Travailler avec un comité s’est avéré crucial pour atteindre une population. Les membres du comité ont travaillé en étroite collaboration avec les chercheurs et, étant également membres de la communauté, ils ont aidé à établir des relations de confiance et à naviguer dans la structure sociale complexe du quartier, permettant l’accès à ses habitations et habitants. Le comité a coorganisé des sessions de discussion et a servi d’intermédiaire entre les scientifiques et les voisins pour mener des enquêtes, trouver des volontaires ou obtenir des échantillons de tissus humains afin d’analyser d’éventuelles maladies transmises par les rongeurs. Le comité a également aidé et accompagné les scientifiques lors des sessions d’échantillonnage, les aidant à choisir les meilleurs endroits pour les pièges et à contacter les scientifiques lorsque ceux-ci étaient pleins.

Le comité sera également utile dans les prochaines étapes visant à développer et à perfectionner des approches de Gestion des Rongeurs Basée sur l’Écologie (EBRM en anglais) urbaine. Les résidents de Gamkalleye ont déjà exprimé leurs réserves quant à travailler avec toute la communauté, craignant les problèmes de communication et le manque éventuel d’harmonie dans de grands groupes. Par conséquent, des groupes de travail plus restreints seront créés pour lutter contre les rongeurs, et ils incorporeront progressivement les maisons voisines, étendant ainsi progressivement la lutte communautaire.

Les dernières années du projet ont abouti à la compréhension de la région et de ses problèmes, une étape essentielle vers la recherche d’une solution EBRM adaptée à la région, et une autre étape dans le développement de programmes pour la gestion complexe des rongeurs dans les zones urbaines.

RÉFÉRENCES

  1. UN report on SDG11, 2019. https://unstats.un.org/sdgs/report/2019/goal-11/
  2. Garba M 2012. Rongeurs urbains et invasion biologique au Niger: écologie des communautés et génétique des populations, PhD Thesis, Université Abdou Moumouni de Niamey.
  3. Berthier, K., Garba, M., Leblois, R., Navascués, M., Tatard, C., Gauthier, P., … & Dobigny, G. (2016). Black rat invasion of inland Sahel: insights from interviews and population genetics in south-western Niger. Biological Journal of the Linnean Society, 119(4), 748-765.
  4. Aplin, K. P., Chesser, T., & Have, J. T. (2003). Evolutionary biology of the genus Rattus: profile of an archetypal rodent pest. Aciar monograph series, 96, 487-498.
  5. ter Meulen, J., Lukashevich, I., Sidibe, K., Inapogui, A., Marx, M., Dorlemann, A., … & Schmitz, H. (1996). Hunting of peridomestic rodents and consumption of their meat as possible risk factors for rodent-to-human transmission of Lassa virus in the Republic of Guinea. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 55, 661-666.
  6. Himsworth, C. G., Parsons, K. L., Jardine, C., & Patrick, D. M. (2013). Rats, cities, people, and pathogens: a systematic review and narrative synthesis of literature regarding the ecology of rat-associated zoonoses in urban centers. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 13(6), 349-359.
  7. Stephenson, E. H., Larson, E. W., & Dominik, J. W. (1984). Effect of environmental factors on aerosol‐induced Lassa virus infection. Journal of medical virology, 14(4), 295-303.
  8. Bharti, A. R., Nally, J. E., Ricaldi, J. N., Matthias, M. A., Diaz, M. M., Lovett, M. A., … & Vinetz, J. M. (2003). Leptospirosis: a zoonotic disease of global importance. The Lancet infectious diseases, 3(12), 757-771.

Pictures

https://www.inaturalist.org/observations/199048864

https://www.inaturalist.org/observations/191687067

Dossier
Regenerative Agriculture,Uncategorized  
Tags
ecologically-based Niger rodent management EBRM  
Date
March 20, 2024  
Views
 
Language
French 
Region
Niger 
Produced by